Funky Kids

Les Funky Kids font danser petits et grands autour de la culture afro-américaine des années 1960. Des dizaines d’établissements scolaires et de centres de loisirs ont embarqué pour ces ateliers hors du commun, mêlant le souci de rendre la culture accessible à l’éveil intellectuel, corporel et musical. Le projet s’ouvre aussi au grand public, proposant des ateliers gratuits en différents lieux phares de la métropole.

Une histoire de découverte et de passionnés
 A l’origine du projet, Francis Vidal et Patrice Labèque, amis de longue date. C’est leur amour commun pour la soul music qui les a poussés à expérimenter et à nourrir le projet pendant des années. Les Funky Kids, ce sont des moments de danse hors du temps où petits et grands peuvent découvrir à leur rythme la culture funk et les grands classiques du genre avec des danseurs professionnels et au son des rythmes précautionneusement choisis par Francis Vidal. C’est dans cet esprit convivial et humain que, depuis sa création, le projet a réuni des dizaines d’écoles et des centaines de classes de primaires et maternelles, centres d’animation, centres sociaux, etc…


Pour les scolaires, une expérience en deux temps

  • Le Sac à Soul : la mallette pédagogique 

Il est fourni en amont de l’activité aux enseignants ou animateurs. Son contenu permet la découverte de la culture afro-américaine de façon amusante. Le Sac à Soul contient un livret pédagogique qui aborde l’histoire de la culture et de la musique afro-américaines, des pistes d’activités à proposer aux enfants et plusieurs contenus médias (musique et vidéos). 

  • L’atelier : la découverte par l’expérimentation

C’est le temps fort de l’expérience Funky Kids. Les ateliers sont encadrés par des danseurs professionnels et animés par Francis Vidal. Ils s’insèrent parfaitement dans la dynamique des programmes scolaires, notamment en termes d’éducation physique et sportive et de découverte du monde. Ils permettent aux enfants d’adopter une gestuelle qui leur correspond en développant leur créativité. C’est aussi l’occasion pour eux d’aiguiser leur écoute et d’apprendre les codes collectifs de la danse.